Pourquoi relancer le projet ARCdév en 2018 ?

jeudi 25 octobre 2018
par  Jean-Luc Poitoux

Dernière mise à jour le 23/03/2019

Le projet ARCdév avait donné naissance à une association humanitaire qui a permis une expérimentation dans un village du pays de Caux d’environ mille habitants et dans un quartier sensible du Havre de vingt mille habitants (dans une agglomération d’un peu moins de deux cent mille habitants). Cette expérimentation avait fait émerger un modèle de développement reposant sur :

- un métier : AMS - Accompagnateur - Médiateur - Sociétal ;
- un concept de tiers-lieu/fablab : la Maison des Humanités.

Plus de deux mille cinq cent personnes et organisations dont entreprises, ont été accompagnées pendant ces treize ans. Le bilan final mériterait d’être rendu public. Mais comment faire quand cette association a été liquidée ? À creuser... Conseils bienvenus !

En tout cas, on peut remercier l’opérateur FREE d’avoir laissé le site actif.

En 2018, près de neuf ans après la cessation d’activité de cette association, le porteur de projet initial n’a toujours pas renoncé à l’intérêt de poursuivre l’expérimentation. Pourquoi ?

Parce que les causes qui lui avaient donné naissance sont toujours aussi prégnantes et peut-être même en pire... :

- paupérisation des classes moyennes ;
- risques politiques (fascisme, totalitarismes, intégrismes, démobilisation des citoyens, etc) ;
- risques économiques (notamment comment construire une croissance dans un monde à capacités finies ?) ;
- risques géographiques (climat, migrations, surpopulation, effondrement des espèces, menaces sur le vivant, etc).

Focalisons-nous sur le risque climatique qui est probablement le plus important à long terme et sans doute le plus difficile à maîtriser. Par contre, il est fédérateur car il concerne chaque être humain sur toutes les composantes de sa vie : habitat, logement, alimentation, santé, déplacements, vêtements, etc.

Au moment où est lancée une opération planétaire de médiation au long cours de l’urgence climatique, il est incontestable que pouvoir déployer dans chaque quartier et chaque village un lieu d’accueil généraliste animé par un médiateur maîtrisant l’approche holistique, est un atout prépondérant pour réussir au plus vite à coconstruire une dynamique capable d’entraîner les habitants de la terre dans un comportement compatible avec l’anthropocène, cette nouvelle ère géologique révélatrice d’un changement de paradigme.

En l’état, nous ne pouvons guère poursuivre plus avant cette relance sans qu’elle soit partagée avec une équipe. Je vous invite donc à réfléchir avec nous, par exemple sur :

- ce projet ARCdev doit-il ou non se fondre dans la médiation de l’urgence climatique ?
- comment articuler le rôle de Médiation pour Tous avec ce projet et la médiation de l’urgence climatique ?
- quel territoire pour la poursuite de l’expérimentation ?
- avec quelle équipe ?
- sous la forme d’une recherche-action ?
- etc.

En attendant, l’action est stimulante et provoque de belles fulgurances comme - peut-être - un nouveau slogan à questionner :

’pour un internet éthique et solidaire - Liberté, égalité, fraternité PARTOUT !’

Pourquoi un tel slogan ?

- Pourquoi se préoccuper de l’internet ? Car la théorie démontre que s’appuyer sur une dualité accroît la capacité de mise en œuvre. Tout particulièrement la dualité [en ligne - en présentiel ou local/global contenu dans le concept de « holomidal collective intelligence » que l’on peut traduire par « intelligence collective holomidale »
 [1] ] permet d’articuler un TOUT - la terre - avec chacun de ses points peuplés d’êtres humains.
- Pourquoi solidaire ? Parce que les défis à relever sont tels qu’ils ne peuvent l’être que collectivement (individuellement, ils nous dépassent tous).
- Pourquoi le slogan de la république ? Parce que jusqu’à preuve du contraire, il est la meilleure évocation de l’humanisme. Et aussi parce que Richard Stallman à l’origine des logiciels libres, l’emploie !
- Pourquoi PARTOUT ? Parce qu’on se réfère à un commun mondial, le climat.

Le concept de Maison des Humanités révisé

Le concept initial.

Sont à reprendre :

/apolitique => apartisan
/neutralité (en maîtrisant le neutre)
/lien social : questionner son absence ou sa présence pour en préserver le sens
/schéma directeur de médiation : à revoir complètement sous l’anthropocène
/accompagnateur-médiateur sociétal : prise en compte de la thèse (accompagnement et médiation reposent sur la même théorie), le mot sociétal étant "cornérisé", il est abandonné, il reste donc MÉDIATEUR dans une approche holistique et holomidale. Rien n’est changé sur le fond, il est juste pris en compte les résultats de la recherche.

Manques :
- communs : conséquence du changement d’ère géologique

À suivre...




Navigation

Articles de la rubrique

  • Pourquoi relancer le projet ARCdév en 2018 ?